L'histoire du corbeau

Une jeune fille de fermier avait l’habitude de sortir donner à manger au corbeau de la ferme, quelque chose à manger à l’heure du repas. Or, une fois quand elle tendait la main par la fenêtre le corbeau n’a pas voulu manger le morceau offert. La fille était surprise et elle est sortie avec ce petit morceau. Le corbeau est venu près de la jeune fille, mais il n’a pas voulu manger. Il a fait en sorte que la fille le suive j’jusqu’au point, au milieu du champ, éloigné de la ferme. Lorsqu’ils se sont arrêtés par là ils ont entendu un bruit formidable qui venait de la montagne au-dessus de la ferme. Une coulée de boue et de rochers et descendue de la montagne, en détruisant la ferme mais elle est passée dans les deux côtés de la fille et le corbeau. Ainsi, le corbeau a remercié la fille pour toute la nourriture depuis tous ce temps. La raison donnée pour que ce lieu ait été sauvé de la coulée, c’est que l’évêque, St. Guðmundur y est passé un jour. Il a fait son camp sur ce point et en partant, comme il le faisait toujours, il a béni ce lieu et depuis, personne ne s’y est fait mal.

Or, l’histoire continue trois ans plus tard, quand un berger est passé en cheval où la ferme était jadis, que le cheval a mis sa patte dans un trou, qui émettait une odeur maléfique. Le berger y met un cairn pour retrouver le trou. En rentrant il a raconté qui s’était passé. Alors, les gens sont allés élargir le trou et ils ont retrouvé la femme de la ferme, vivante. Elle s’était, donc, retrouvée dans le grenier qui était la dernière chambre à être construite et ne s’est pas détruite, mais la femme a pu rester vivante avec la nourriture que l’on avait ramassé pour l’hiver.

Ceci est une adaptation simplifiée de la version originale.

Narrateur:
Hafdís Erla Bogadóttir.

Références:
Íslenskar þjóðsögur (Icelandic Folklore).
Author: Benedikt Johannesson/Johannes Benediktsson.

Dessinateur:
Eyrun Oskarsdottir.

Infographie:
Bjork Hardardottir.

Mixer du son:
Hafdís Erla Bogadóttir.

Videó:
Markus Sveinn Markusson.